M. Colloghan
Affichage des articles dont le libellé est Reconversion industrielle. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Reconversion industrielle. Afficher tous les articles

vendredi 18 août 2017

« Économie des travailleur-se-s » : présence d’une délégation française en Argentine



Communiqué de l’association Autogestion

La 6e Rencontre internationale de «l’Économie des travailleuses et des travailleurs» aura lieu en Argentine du 30 août au 2 septembre 2017. L’ouverture se déroulera à l’hôtel Bauen, établissement récupéré par ses travailleur-ses en mars 2003[i], à Buenos Aires et se poursuivra dans les locaux de la coopérative Textiles Pigüé[ii], usine récupérée, située dans la ville du même nom, dans la province de Buenos Aires, au cœur de la Pampa, à 600 kilomètres de la capitale[iii].

mercredi 7 décembre 2016

Succès de la IIe rencontre euro-méditerranéenne de l’« Économie des travailleur-se-s » à Thessalonique

Par Benoît Borrits et Richard Neuville1


La deuxième rencontre euro-méditerranéenne de l’« Économie des travailleur-se-s » s'est tenue à Thessalonique, dans les locaux de l'usine autogérée de VioMe du 28 au 30 octobre 2016. Le choix du lieu avait été adopté au consensus au sein du réseau européen au printemps dernier compte tenu du contexte sociopolitique de la Grèce mais également du caractère emblématique et symbolique de l'expérience de cette usine.

samedi 5 mars 2016

Les défis démocratiques de la transition écologique et énergétique

Par Richard Neuville

Dans sa critique du déficit démocratique du système parlementaire, André Gorz pointait avec clairvoyance l’écueil du bureaucratisme qui ne pourra être évité que par un éco-socialisme efficace et réaliste reposant sur des réformes révolutionnaires graduelles. Il mettait également en exergue les limites de la démocratie parlementaire et estimait que si : « Le suffrage donne le droit de gouverner, il n’en donne pas le pouvoir » (Gorz, 1975: 72). Pourtant la mystification du concept de démocratie indirecte tend à se perpétuer en déniant tout exercice de pouvoir populaire sur l’organisation de la société, en ne laissant aux citoyen-ne-s que la possibilité de désigner leurs représentant-e-s tous les cinq ans. Ainsi, les intérêts suprêmes de l’Etat capitaliste sont bien préservés (Munster, 2008).

mardi 27 mai 2014

Fralib : une victoire de grande portée !

Communiqué victorieux des travailleur-se-s de Fralib :

1336 jours de lutte
SCOP T.I C’EST PARTI

UNE VICTOIRE SYNDICALE DE GRANDE PORTÉE

Dans notre assemblée générale du dimanche 25 mai, les Fralibs ont décidé à l’unanimité d’approuver la signature d’un protocole d’accord avec le groupe UNILEVER.
Cet accord a été signé hier en fin d’après-midi à l’issu d’une ultime réunion de négociation à Paris. Il permet d’ouvrir de réelles perspectives de construction de notre SCOP.

mardi 1 octobre 2013

Un souffle autogestionnaire

Nous publions ci-dessous ce communiqué des Alternatifs du 25 septembre 2013

Les Alternatifs saluent la nouvelle phase de la lutte des Fralib : la réalisation d’une production militante, par les salarié-es eux mêmes. Cette première production de sachets de tilleuls marque une rupture avec les pratiques du groupe Unilever : le retour à des produits naturels et locaux.

samedi 7 septembre 2013

Témoignage de la lutte des FRALIB

Nous publions ci-dessous une vidéo de l'intervention d'Eliane Groutsche, syndicaliste chez Fralib, lors de l'atelier sur les pratiques autogestionnaires qui était organisé dans le cadre de l'université des Alternatifs le 22 août à Beaulieu (Isère).

vendredi 30 août 2013

Fralib : le chemin d'une alternative populaire

Ce qui se dessine autour du projet de reprise en scop par les travailleurs de Fralib,  
c'est une alliance populaire pour la relocalisation, 
une prise en main citoyenne de l'aménagement économique régional, et une production plus écologique.
L'autogestion … mais pas que !

Joël Martine, Marseille
Article d'information et d'analyse écrit pour l'Université d'Eté d'ATTAC-France (Nîmes, 26-29 juillet 2013)


Fralib, à Gémenos à côté de Marseille, c'est l'usine de fabrication des sachets de thé Lipton de la marque Eléphant pour le marché français, ainsi que de tisanes de la même marque.

mercredi 24 juillet 2013

Argentine : des Cahiers pour l’Autogestion - Cuadernos para la Autogestión

L'université de Buenos Aires (UBA) effectue un travail important en direction des entreprises récupérées par les travailleurs (ERT) depuis 2002 et les organisations populaires. Outre, les trois enquêtes pluridisciplinaires menées en 2002, 2004 et 2010 dans le cadre du Programme Faculté ouverte (dont les deux dernières ont fait l’objet de synthèses en français - cf. ce site[1] et celui de l’Association pour l’autogestion[2]), un véritable d'accompagnement des ERT a été engagé avec notamment un universitaire très impliqué, Andrés Ruggeri[3]. Ce programme d’extension universitaire s’est fixé comme objectif d’apporter un soutien au mouvement de récupération d’entreprises en combinant les activités de recherche et l’élaboration d’outils. La publication de ces huit cahiers s'inscrit dans ce travail d'échanges entre le monde universitaire, les travailleurs et les ERT. Il s'agit d'outils très intéressants appropriables par les équipes de travailleurs de ces entreprises qui les renforcent dans leur lutte quotidienne.

samedi 19 novembre 2011

Fralib, SeaFrance : avons-nous besoin des patrons ?

Communiqué des Alternatifs du 17 novembre 2011

Deux décisions de justice viennent de contrecarrer les plans patronaux de liquidation ou de démantèlement d'entreprises, élargissant ainsi dans les faits les possibilités de mobilisation des salariéEs.

samedi 17 septembre 2011

Reconversion industrielle

Nous publions la trame de l'intervention de Richard Neuville lors de l'atelier : « Reconversion, Relocalisation, transition énergétique » aux rencontres de la Convergence citoyenne pour une transition énergétique à Lézan (Cévennes) le 27 août 2011.

En tant que syndicaliste et militant autogestionnaire, je vais m’attacher plus spécifiquement à la reconversion écologique de l’industrie et sur le rôle des travailleurs-ses et citoyen-ne-s pour l’entreprendre sans attendre l’avènement du Grand soir. Mon propos vise à interroger les stratégies syndicales mais également celles des associations environnementales et des citoyen-ne-s, en référence à André Gorz en 1980 lors de la publication d’ « Adieu au prolétariat ».




Fralib : emploi et réappropriation autogestionnaire

Benoît Borrits

Cet article a été publié dans Rouge et Vert n° 328 – 6 juillet 2011, il est consultable également sur le blog de Benoît Borrits : http://www.benoitborrits.fr/?p=293

Un conflit oppose les salarié-e-s Fralib de Gémenos (13) au groupe Unilever. Menacé-e-s par la fermeture de leur unité de production, ceux-ci développent un projet de reprise alternative dont la finalité serait la renaissance locale d’une filière de production respectueuse des individus et du milieu naturel.

mercredi 24 août 2011

Le social et l’écologique : reconvertir l’industrie automobile en crise

Par Lars Henriksson *
Avec la récession économique et la crise de l’environnement, la question des plans alternatifs pour une production durable socialement utile n’a jamais été aussi pertinente.

Quand la crise financière a frappé l’année dernière toute cette économie de gaspillage, la surproduction dans le secteur de l’automobile est devenue évidente.

Dans l’industrie automobile suédoise, cette crise fut particulièrement sérieuse. Elle concerne en effet deux des plus petits parmi les grands constructeurs automobiles mondiaux, les deux appartenant à des sociétés américaines en difficulté, et les deux fabriquant des grosses voitures de semi luxe, grandes consommatrices de carburant. Dans un pays de 9 millions d’habitants, les deux constructeurs automobiles furent en faillite avec les conséquences sur toute la chaîne de sous-traitants, ainsi que deux sociétés de transport en crise à Londres.

jeudi 9 décembre 2010

Rencontre Auto.Mobil.Crisis - Stuttgart 29 et 30 octobre 2010

Evelyne Perrin et Benoît Borrits *


Organisée par l'Institut Rosa Luxemburg et le Groupe parlementaire Die Linke, cette rencontre avait pour objectif de débattre de la crise du secteur automobile, de questionner cette industrie au regard des enjeux de l'écologie en permettant la rencontre de syndicalistes du secteur et d'organisations écologistes.
Le lieu même de cette rencontre n'est pas innocent. Stuttgart est une ville largement marquée par la présence industrielle de Daimler et le théâtre depuis des mois d'une lutte de la population locale contre le projet géant d'une nouvelle gare couplé avec d'autres aménagements en centre ville (Stuttgart 21).
Si l'ambition de cette conférence était internationale, force est de reconnaître que celle-ci regroupait essentiellement des participants allemands.


Position officielle d'IG Metall
Le ton de la conférence sera donné par la présentation de Hans-Jürgen Urban du Comité exécutif d'IG Metall, organisation syndicale allemande qui regroupe les travailleurs du secteur automobile.
Pour cette organisation, le pire serait de pratiquer la politique de l'autruche (« Business as usual ») et de s'en tenir à un rôle strictement défensif alors que le problème que l'industrie automobile va devoir affronter est de nature structurelle.