M. Colloghan
Affichage des articles dont le libellé est Mouvements sociaux. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Mouvements sociaux. Afficher tous les articles

samedi 28 janvier 2017

Séminaire de réflexion et de débat : Autogestion et processus révolutionnaires


Le Réseau AAAEF (Alternatives, Autogestion, Altermondialisme, Écologie, Féminisme)

« L'autogestion et les processus révolutionnaires de notre temps : Le cas des révolutions indo-afro-latino-américaines et des révolutions arabes »

vendredi 27 janvier 2017

VIe Rencontre internationale de « l’Économie des travailleur-se-s »



Appel à participer à la VIe Rencontre internationale de « l’Économie des travailleur-se-s » à Buenos Aires/ Pigüé (Argentine) du 30 août au 2 septembre 2017


La VIe Rencontre internationale de « l’Économie des travailleurs et des travailleuses » aura lieu en Argentine du 30 août au 2 septembre 2017. L’ouverture se déroulera à l’hôtel Bauen, récupéré par ses travailleur-se-s, dans la ville de Buenos Aires, et se poursuivra dans les locaux de la coopérative Pigüé, usine de textiles récupérée située dans l’intérieur de la province de Buenos Aires. Nous invitons les travailleurs et les travailleuses d’entreprises récupérées et autogérées, de coopératives et d’organisations sociales et populaires, de même que les organisations syndicales et universitaires intéressées et engagées dans les pratiques autogérées à participer à cette nouvelle édition de rencontre pour réfléchir au projet d’une nouvelle économie des travailleurs et travailleuses.


mercredi 7 décembre 2016

Autogestion & Syndicalisme



Congrès de l’Union syndicale Solidaires Ardèche / Drôme - 17 et 18 novembre 2016

Contribution : Autogestion & Syndicalisme

 Richard Neuville

« L’autogestion est à la fois un moyen de luttes frayant un chemin et un moyen de réorganisation de la société. Elle est également une culture irriguant la conscience collective »[1]. (Henri Lefebvre)

Le terme « autogestion » est assez récent[2], même si le concept a traversé l’histoire de l’émancipation humaine : la Commune, les Soviets, les collectivisations d’Aragon et Catalogne, celles d’Algérie, Lip, les récupérations d’entreprises en Argentine, etc.

Succès de la IIe rencontre euro-méditerranéenne de l’« Économie des travailleur-se-s » à Thessalonique

Par Benoît Borrits et Richard Neuville1


La deuxième rencontre euro-méditerranéenne de l’« Économie des travailleur-se-s » s'est tenue à Thessalonique, dans les locaux de l'usine autogérée de VioMe du 28 au 30 octobre 2016. Le choix du lieu avait été adopté au consensus au sein du réseau européen au printemps dernier compte tenu du contexte sociopolitique de la Grèce mais également du caractère emblématique et symbolique de l'expérience de cette usine.

mardi 6 décembre 2016

Intervención de Andrés Ruggeri en la apertura del II Encuentro Europeo de la Economía de los Trabajadores

Tesalónica – Grecia – 28/29/30-10-2016

Pensamos la autogestión como una posibilidad de construir una economía de los trabajadores, que se pueda proponer como alternativa al sistema capitalista

Edición: Mario Hernandez
Desgravación: Ana Laura Xiques

El último fin de semana de octubre se realizó en Tesalónica, al norte de Grecia, el Segundo Encuentro Euro-mediterráneo “La economía de los trabajadores y las trabajadoras” en la fábrica recuperada Viome con la presencia de más de 500 participantes de Grecia, Bosnia-Herzegovina, Croacia, Serbia, Turquía, Italia, Francia, España, Reino Unido, Euskadi, Catalunya, Polonia, Rusia y Alemania.
No faltó la presencia latinoamericana con el mencionado Andrés Ruggeri del Programa Facultad Abierta de la Facultad de FF y LL, uno de los organizadores, Hugo Cabrera de la gráfica recuperada “Campichuelo”, Juan Melchor Román de la Coordinadora Nacional de Trabajadores de la Educación (CNTE) de México, Aaron Tauss (Colombia), Silvia Espósito de Argentina (Escuela de Psicología Social “Enrique Pichon Riviere”) y quien esto escribe, Mario Hernandez.

jeudi 13 octobre 2016

Programme de la Seconde rencontre Euroméditerranéenne “L’économie des travailleurs”



28-29-30 octobre 2016
Usine VIOME
Thessalonique, Grèce

Programme

Vendredi 28 Octobre

09:00 | Café

09:30 | Enregistrement des participants et mise en place des appareils de traduction
Les participants sont invités à avoir un appareil de réception radio FM avec des écouteurs et des piles neuves ou une batterie rechargée afin de recevoir les interprétations en grec, anglais et espagnol. De nombreux téléphones portables ont aussi un récepteur FM intégré. Nous vous conseillons donc de vérifier vos téléphones avant de rechercher un récepteur radio.
Ne pas rater cette session !


mercredi 6 juillet 2016

Appel à la participation aux 2e Rencontres euro-méditerranéennes de l’économie des travailleurs



Usine Vio.Me, Thessalonique, Grèce, 28-29-30 octobre 2016

La première rencontre internationale de l’économie des travailleur-ses s’est tenue en 2007 en Argentine. Elle a réuni des travailleurs et des travailleuses d’usines récupérées et des collectifs de travail, des activistes sociaux et politiques, des syndicalistes et des universitaires. Depuis, ces rencontres internationales se tiennent tout les deux ans et  constituent un espace de rencontres, de discussions et de réflexions sur les défis auxquels les travailleur-se-s sont confronté-e-s pour défendre par l’autogestion leurs moyens de subsistance contre les attaques du capitalisme mondialisé.

Les entreprises récupérées menacées par la politique de Macri


Par Richard Neuville

Après douze années de kirchnerisme (2003-2015), la victoire du candidat néolibéral d’Alianza Cambiemos, Mauricio Macri, à l’élection présidentielle en Argentine en novembre dernier a été, à la fois, une surprise et une source d’inquiétude pour le mouvement des entreprises récupérées par les travailleur-se-s (ERT). En effet, une partie de ses acteurs avait soutenu activement la candidature de Daniel Scoli. Car, si la politique conduite par Cristina Fernández de Kirchner (2007-2015) à leur égard était loin d’être irréprochable, il existait un modus vivendi qui permettait au mouvement de continuer à croître, à se stabiliser et à bénéficier de certains programmes publics. D’ailleurs, depuis 2002, le mouvement n’a cessé de se renforcer et 41 nouvelles entreprises ont encore été récupérées en 2014-2015, portant leur nombre à 362.

lundi 16 mai 2016

Perspectives autogestionnaires des mouvements sociaux en cours




Préambule du Rapport d’activité de l’Association Autogestion

Le contexte social et politique inédit en France ne peut que nous réjouir. Celui d’un mouvement social, le plus important depuis 2010, pour le retrait d’un projet de loi du travail qui constitue une régression sociale sans précédent pour la classe ouvrière et celui d’une insurrection citoyenne à travers le mouvement Nuit Debout, qui a essaimé dans plus de deux cents villes du territoire.

samedi 16 avril 2016

Nuit debout, Place de la République



Benoît Borrits

Près de deux semaines après le lancement de Nuit debout, le mouvement semble prendre racine, s’inscrire dans le temps et se démultiplier. En toile de fond, la revendication du retrait de la loi Travail, retrait souhaité par une majorité de citoyen-nes. Cette société, rongée par le chômage et la précarité, a les plus grandes difficultés à se mobiliser dans des grèves et à s’opposer à une classe politique majoritairement acquise à la « réforme ». D’où ce mouvement de citoyen-nes décidé-es à apparaître en pleine lumière et qui pose d’office la perspective d’une vraie démocratie. 

lundi 21 mars 2016

Quelques réflexions, autocritiques et propositions sur le processus de changement en Bolivie



par Pablo Solón   (*)

Que s'est il passé ? Comment en sommes nous arrivés là ?  Qu'est il arrivé avec le processus de changement qui il y a plus de 15 ans conquit sa première victoire avec la guerre pour l'eau ? Pourquoi un conglomérat de mouvements qui voulaient changer la Bolivie finirent piégés par un référendum pour que deux personnes puissent être rééligibles en 2019 ?


dimanche 7 février 2016

Desenlaces del ciclo progresista

Claudio Katz

El 2015 concluyó con significativos avances de la derecha en Sudamérica. Macri llegó a la presidencia de Argentina, la oposición obtuvo la mayoría en el parlamento venezolano y persisten las presiones para acosar a Dilma en Brasil. También hay campañas de los conservadores en Ecuador y habrá que ver si Evo obtiene un nuevo mandato en Bolivia.

¿En qué momento se encuentra la región? ¿Concluyó el periodo de gobiernos distanciados del neoliberalismo? La respuesta exige definir las peculiaridades de la última década.

jeudi 12 novembre 2015

Un volcan d’émancipations en construction



Richard Neuville

Ce texte est l’introduction du chapitre « Amérique indo-afro-latine » (p. 92 à 414) de l’Encyclopédie internationale de l’autogestion, Syllepse / Association pour l’autogestion, novembre 2015, 2 368 p.
http://alterautogestion.blogspot.fr/2015/11/parution-imminente-de-lencyclopedie.html

L’Amérique indo-afro-latine a longtemps été un terreau fertile pour les expériences révolutionnaires. Depuis une vingtaine d’années, en réaction aux ravages des politiques néolibérales résultant du consensus de Washington, elle est probablement devenue le principal foyer de résistance à la mondialisation capitaliste et à l’hégémonie de l’Empire. La richesse et la diversité de ces expériences permettent de qualifier le sous-continent de véritable laboratoire social. Elle apparaît comme une « zone de tempêtes » du système-monde capitaliste (Gaudichaud, 2013).

samedi 7 novembre 2015

América Latina. Emancipaciones en construcción



Paru initialement en français aux éditions Syllepse (2013) sous le titre "Amériques Latines : Emancipations en construction", le livre avait été publié en castillan en Equateur (2014), à présent une nouvelle version enrichie sort au Chili.

América Latina. Emancipaciones en construcción, Franck Gaudichaud (ed.), Santiago, Editorial América en Movimiento y Tiempo robado editoras, 2015, 212 págs.

Esta publicación es el resultado de un trabajo conjunto entre la editorial América en Movimiento y Tiempo robado editoras. El libro compilado y editado por Franck Gaudichaud es a su vez un trabajo colectivo que reúne una serie de artículos sobre experiencias emancipatorias recientes de nuestra América Latina. Pensado como “un incentivo para la discusión y también para la acción”, como “un mosaico de praxis-saberes-accionares: algunas desde lo institucional y gubernamental (Bolivia, Venezuela), otras desde lo productivo y las fábricas recuperadas, mirando también las luchas de mujeres en México, de los sin techo en Uruguay, indígenas en Bolivia y en Oaxaca, de los pobladores en Chile”, etc.

¿Fin de ciclo? Los movimientos populares, la crisis de los “progresismos” gubernamentales y las alternativas ecosocialistas



Por Franck Gaudichaud

Revista Memoria – México

A más de 40 años del golpe de Estado que derrotó a la vía chilena al socialismo y a 30 años de la fundación del mayor movimiento social del continente, el Movimiento de trabajadores rurales sin tierra (MST) de Brasil; a 20 años del grito zapatista ¡Ya basta! en Chiapas en contra del neoliberalismo y del Tratado de Libre Comercio de América del Norte (TLCAN) y a más de 15 años de la victoria electoral de Hugo Chávez en Venezuela (y transcurridos más de dos años desde su muerte), los pueblos indo-afro-nuestroamericanos y sus tentativas de construcción de gramáticas emancipadoras parecen encontrarse en un nuevo punto de inflexión. Un ciclo de mediana duración, social, político y económico parece agotarse paulatinamente, aunque de manera no uniforme, ni para nada lineal. Con sus avances reales (pero relativos), sus dificultades e importantes limitaciones, las experiencias de los diferentes y muy variados gobiernos “progresistas” de la región, sean procesos meramente de centro-izquierda, social-liberales, o -al contrario- nacional-populares más radicales, que se reclamen anti-imperialistas o se descalifiquen en los medios conservadores como “populistas”, sean revoluciones bolivarianas, ando-amazónicas o “ciudadanas” o simples recambios institucionales hacia el progresismo, estos procesos políticos parecen topar ante grandes problemáticas endógenas, fuertes poderes fácticos conservadores (nacionales como también globales) y no pocas indefiniciones o dilemas estratégicos no resueltos.

samedi 10 octobre 2015

L'autonomie démocratique au Rojava et au Bakur


Par Sarah Caunes et Anouk Colombani*

Merci aux rédactrices de leur accord pour la publication de cet article sur ce blog.

Le Rojava désigne la région historiquement kurde de Syrie. Dans les affres de la révolution syrienne, y est née une forme d'organisation que les habitant-e-s qualifient de « révolution ». Cette révolution n'arrive pas de n'importe où, elle est le résultat du mouvement kurde de Turquie et des réflexions d'A. Öcalan. L'organisation porte le nom de confédéralisme démocratique.

Traduire vers l'imaginaire politique européen ce qu'est la révolution du Rojava demande de comprendre les bouleversements idéologiques et pratiques qui ont eu lieu depuis une quinzaine au Kurdistan et plus spécifiquement dans la lutte lancée par le PKK à la fin des années 1970. Première précision, on n'y parle pas d'autogestion, mais d'autonomie démocratique, de démocratie radicale et de confédéralisme démocratique.

jeudi 3 septembre 2015

Ve rencontre internationale de l’« Économie des travailleur-se-s » : Elargir l’internationalisation du processus et préciser le concept


Par Benoît Borrits et Richard Neuville


La Ve rencontre internationale de l’« Économie des travailleur-se-s » s’est tenue fin juillet au Venezuela. Si elle marque un saut qualitatif et quantitatif important, ces rencontres doivent approfondir l’internationalisation d’un processus encore majoritairement latino-américain. Un effort tout particulier devra être fait dans les prochains mois sur la définition du concept d’Économie des travailleurs ainsi que de son rôle dans la perspective de la transformation sociale de l’économie. Des objectifs qu’une prochaine rencontre européenne devra mettre en œuvre.

mercredi 15 juillet 2015

« Economie des travailleur-se-s » : une délégation française sera présente au Venezuela



Communiqué de l’association pour l’autogestion


La Ve rencontre internationale biennale de l’Économie des travailleuses et des travailleurs se déroulera à Punto Fijo dans la péninsule de Paraguaná au Venezuela du 22 au 26 juillet 2015.  

Initiées par des universitaires du programme « Faculté ouverte » de la Faculté de philosophie et de lettres de l‘Université de Buenos Aires (Argentine), les deux premières éditions se sont tenues en 2007 et 2009 à Buenos Aires. La 3e rencontre a eu lieu à l‘Université autonome métropolitaine et l‘unité Xochimilco (UAM-X) à Mexico en 2011. Enfin, la 4e édition s'est déroulée à João Pessoa dans l'université fédérale de Paraiba (Brésil) en juillet 2013.


mercredi 10 juin 2015

Sommet EU/CELAC : les Organisations de la Société Civile revendiquent la souveraineté des peuples face au modèle commerciale promut par les multinationales.





Communiqué de presse – Bruxelles, lundi 8 Juin 2015


Une large coalition de mouvements sociaux d'Amérique latine et d'Europe organisent trois jours de mobilisation (8-10 Juin) à Bruxelles et à Strasbourg à l'occasion du sommet UE-CELAC (10-11 Juin). Cette large coalition vise à donner de la visibilité aux mouvements de résistances et à renforcer les luttes qui se déroulent dans ces deux régions. En outre, ils mettent en évidence de nouvelles initiatives qui se présentent comme une alternative au modèle commercial et d'investissement promu par les multinationales.
Au cours de cette même semaine, le Parlement européen votera à Strasbourg sur le
partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP en anglais) entre l'UE et les Etats-Unis.                                                                                                   
 

dimanche 18 janvier 2015

Luttes écologiques citoyennes en Argentine et en Amérique latine

RÉUNION PUBLIQUE

VENDREDI 23 JANVIER
SAINT ETIENNE DE BOULOGNE
À 20h - Salle polyvalente

LUTTES ÉCOLOGIQUES CITOYENNES
contre le gaz de schiste et contre les différentes formes d’extractivisme en Argentine et en Amérique latine