M. Colloghan
Affichage des articles dont le libellé est Mexique. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Mexique. Afficher tous les articles

dimanche 7 février 2016

Desenlaces del ciclo progresista

Claudio Katz

El 2015 concluyó con significativos avances de la derecha en Sudamérica. Macri llegó a la presidencia de Argentina, la oposición obtuvo la mayoría en el parlamento venezolano y persisten las presiones para acosar a Dilma en Brasil. También hay campañas de los conservadores en Ecuador y habrá que ver si Evo obtiene un nuevo mandato en Bolivia.

¿En qué momento se encuentra la región? ¿Concluyó el periodo de gobiernos distanciados del neoliberalismo? La respuesta exige definir las peculiaridades de la última década.

mercredi 4 novembre 2015

NOUS N’OUBLIERONS PAS !

1er novembre 2015
 
Déclaration envoyée à la Sexta [1] qui commémore, ce même jour, dans le contexte de la fête des morts et du « Mictlan rebelde » au palais des Beaux Arts, à Mexico, ses morts et les victimes de la violence d’Etat, comme nous le faisons aujourd’hui ici à Paris.

Suite à la disparition de 43 étudiants de l’Ecole normale rurale d’Ayotzinapa, le 26 septembre 2014, dans le Guerrero, au Mexique, les premières mobilisations de solidarité avaient eu lieu dans le contexte de manifestations contre les violences policières, après la mort de Rémi Fraisse. D’où l’idée de ne pas dissocier les luttes, et l’engagement pris de diffuser auprès des compas au Mexique les mobilisations en France contre les violences policières, tout comme en France de relayer Ayotzinapa et les paroles et les luttes des compas...

jeudi 11 juin 2015

Journée Zapatiste Samedi 20 juin à Montreuil

JOURNEE ZAPATISTE

Journée organisée avec le soutien du Centre d'Études sur les Médias, les Technologies et l’Internationalisation Cemti, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

PAROLE/ACTION TRANSFORMATRICE

UN AUTRE MONDE EXISTE DÉJÀ DANS LES COMMUNAUTÉS ZAPATISTES

LIEU ET DATE : La Parole Errante, Montreuil (Paris), samedi 20 juin 2015

jeudi 21 août 2014

Rencontres régionales de « L’économie des travailleur-se-s » à Pigüé et à Mexico




Cet automne, deux rencontres régionales “L’économie des travailleur-se-s » sont programmées :
- la première, sud-américaine, se déroulera les 3 et 4 octobre à Pigüé (au sud de la province de Buenos Aires) en Argentine dans la coopérative Textiles Pigüé, à laquelle l’association pour l’autogestion sera représentée par Richard Neuville ;

- la seconde, Nord et Centre-américaine et Caraïbes, aura lieu les 7 et 8 novembre dans la ville de Mexico (à l'université autonome ou dans un quartier populaire).

dimanche 1 septembre 2013

IVe Rencontre internationale « L’économie des travailleurs »

Les alternatives autogestionnaires et le travail face à la crise économique globale.
La rencontre s’est déroulée du 9 au 12 juillet à l’Université fédérale Joao Pessoa de Paraiba (UFPB), au Brésil.

La rencontre internationale « L’économie des travailleurs » est conçue comme un espace de débat et d’articulation entre des travailleurs, des chercheurs et des militants sociaux et politiques autour des problématiques qui concernent les luttes des travailleurs et des travailleuses pour l’autogestion et pour la construction d’alternatives face à la crise provoquée par le capitalisme global. Organisées au début par le Programme faculté ouverte de la Faculté de philosophie et de lettres de l’Université de Buenos Aires (Argentine), les deux premières éditions eurent lieu en 2007 et 2009 à Buenos Aires. En 2011, la IIIe rencontre se réalisa à Mexico en partenariat avec le département des relations sociales de l’Université autonome métropolitaine et l’unité Xochimilco (UAM-X). 

lundi 15 juillet 2013

Dia mundial contra la minería - 22 de julio

Un dia verdaderamente mundial! Con más detalles...

LLAMADO A LOS PUEBLOS A MANIFESTARSE: EN DEFENSA DEL AGUA Y LA VIDA. Se convoca a los pueblos a manifestarse el día 22 de Julio en el marco del Dia Mundial contra la mineria, en una jornada internacional de resistencia a favor del agua y la vida, en defensa de un ambiente sano y equilibrado, libre de tóxicos y radioactivos, en defensa de la Madre tierra, en defensa de los glaciares, ríos, mares y cordilleras. Adhesiones : acciones.noalamina@gmail.com

lundi 14 janvier 2013

La tenace persistance zapatiste


Par Raúl Zibechi (uruguayen)
13-01-2013
La mobilisation des communautés zapatistes le 21 décembre et les trois communiqués de l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) le 30 du même mois ont été reçus avec joie et espérance par beaucoup de mouvements antisystème et de lutte anticapitaliste en Amérique Latine. Immédiatement, les médias de ces mouvements ont reflété dans leurs pages l’importance de la mobilisation massive, qui s’est produite en des moments difficiles pour ceux qui s’obstinent à résister au système de mort qui nous dégouverne.

samedi 12 janvier 2013

Le mouvement coopératif, entreprises récupérées, situation au Paraguay

8° édition des Rencontres solidaires
Conférences et débats, projection de films

Les Rencontres Solidaires, organisées par ASPAS chaque année, se dérouleront les 17 et 18 janvier 2013, à Marseille, Maison de la région, salle de l'auditorium, 61 la Canebière.

dimanche 6 janvier 2013

Amériques latines : émancipations en construction

Collection " LES CAHIERS DE L'EMANCIPATION"
Auteur: Gaudichaud Franck (Coord.)
Parution : Janvier 2013
Pages : 130 pages
Format : 115 x 190
ISBN : 978284950362
Prix : 8 €
Présentation : Depuis plus d’une décennie, l’Amérique latine apparaît comme une « zone de tempêtes » du système-monde capitaliste. La région a connu d’importantes mobilisations collectives contre les conséquences du néolibéralisme, avec parfois des dynamiques de luttes ayant abouti à la démission de gouvernements considérés comme illégitimes ou à la remise en cause partielle du pouvoir des transnationales.

samedi 22 décembre 2012

Chiapas : Déclaration de l'EZLN


“Vous avez entendu ? C'est le bruit de votre monde qui s'écroule” : EZLN

(Traduction par Xochilanga)

Chiapas, Mexique. Des dizaines de milliers de bases d'appui de l'Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) ont occupé dans un silence emblématique les rues de cinq municipalités chiapanèques, dans la première manifestation publique que font les zapatistes depuis le 7 mai 2011, quand ils se sont joints à l'appel du Mouvement pour la Paix avec Justice et Dignité. Cette action simultanée et massive, la plus grande de toute son histoire, a été précédée par l'annonce que l'organisation indigène allait donner sa parole, qui a été rendue publique quelques heures après la mobilisation.

lundi 19 novembre 2012

Du Mexique, lettre de soutien à la lutte de Notre-Dame des landes








Deux luttes similaires et réprimées contre des projets d'aéroports à Atenco (Mexique) et à Notre-Dame des landes. 

Aux gens de Notre-Dame des Landes et de la France en résistance
À l'ACIPA, à l'ADECA, à la coordination des opposants au projet d'aéroport,
Aux associations "COPAIN", aux habitants et habitantes qui résistent et
À tous les occupants et occupantes de "la Zone à défendre" ZAD,
Aux médias alternatifs et sincères,
À l'Autre Campagne et à la Sexta Internationale,
Aux luttes contre les mégaprojets et pour la défense de la Terre de toutes les parties du monde

vendredi 12 octobre 2012

Mexique : Une lutte victorieuse contre la multinationale Continental

Par Richard Neuville
En cet automne maussade où les restructurations industrielles et les plans de destruction d’emplois tombent comme s’il en pleuvait, il n’est peut-être pas inutile de rappeler la lutte menée par les travailleurs de Continental au Mexique entre 2002 et 2005 et de tenter d’en tirer des enseignements.


En 2001, Continental Tire -qui possède 25 usines dans le monde- profite de l’opportunité de l’élection de Vicente Fox (Parti d’action nationale – droite) à la présidence de la république du Mexique pour engager la flexibilisation et la précarisation de l’emploi au sein de l’entreprise. En effet, le nouveau président s’est engagé à libéraliser l’économie en vertu de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) entré en vigueur au 1er janvier 1994. Alors que la multinationale allemande a acheté l’usine Hulera de Euzkadi en 1998, située à El Salto dans la banlieue de Guadalajara, elle engage un bras de fer avec le Syndicat national révolutionnaire des travailleurs (SNTRE) de la Compagnie Hulera de Euzkadi, qui compte un millier de travailleurs, pour imposer son plan de restructuration. C’est sans compter sur la détermination des travailleurs qui vont refuser le chantage à la fermeture et engager une très longue grève qui se conclura par la cession d’une partie de l’unité de production et la reprise de la production sous gestion ouvrière avec un statut coopératif.

lundi 24 septembre 2012

Typologie d’expériences autogestionnaires en Amérique latine et indienne et leur rapport au pouvoir

Intervention à l’Université d’été des Alternatifs à Méaudre (le 26 août 2012) et à la journée "Autogestion, Coopératives, Expérimentations. Un Autre Monde est déjà en Marche !" organisée par le Collectif Marinaleda à Graulhet (le 22 septembre 2012)

Par Richard Neuville

Avertissement : Cet essai de typologie comporte des limites comme toute catégorisation car il n’existe pas de frontières étanches entre le social et l’économique ou entre le social et le politique.

L’Amérique latine et indienne se caractérise comme un pôle de résistance et un laboratoire social au regard de la richesse et la diversité de ces expériences. Au cours des deux dernières décennies, la région a connu un cycle de conflits et de mobilisations, au point de constituer le principal foyer de résistance à la mondialisation capitaliste et à l’hégémonie de l’Empire. En effet, le sous-continent a été le premier affecté par la mise en œuvre des recettes néolibérales et les plans d’ajustement structurels imposés par les institutions internationales. De fait, il a connu 20 ans plus tôt que l’Europe les conséquences sociales, économiques et humaines de telles politiques. Il est probablement utile de réfléchir sur les réponses que les peuples ont tenté de trouver, non pas pour les transposer mais pour étayer la réflexion et les pratiques sociales dans le vieux continent.

mardi 17 avril 2012

KARAMA

Por Gustavo Esteva
"La Jornada", Mexico, 16 avril 2012.

Il y a longtemps, longtemps, quand nous étions jeunes et beaux, nous discutions passionnément la question de "l'autonomie relative de l'État".

Nous reconnaissions la nature de classe de l'État bourgeois, comme nous l'appelions alors pour affirmer notre identité idéologique, mais nous croyions qu'il était possible d'en faire notre instrument. Des catégories comme celle de "bonapartisme" venaient à merveille pour une analyse que nous prétendions fonder sur Marx.

 

dimanche 4 mars 2012

Chiapas: Pronunciamiento del Encuentro sobre Memoria Histórica: Alternativas contra la violencia de Estado

Los días 28 y 29 de febrero de 2012, reunidos en el Centro Indígena de Capacitación Integral, Universidad de la Tierra (Cideci-Unitierra) en San Cristóbal de Las Casas, Chiapas, ante la urgente situación en la que vivimos y la coyuntura que estamos viviendo a escala mundial, regional y local, vimos la necesidad de encontrarnos para intercambiar y dialogar experiencias y saberes como protagonistas de nuestra propia vida e historia, como actores y actoras de cambio, donde concluimos en afianzar nuestro compromiso en la construcción de alternativas, que son alternativas en movimiento, alternativas que frenen y transformen las condiciones estructurales y sistémicas que han desatado la violencia de Estado, por lo que declaramos:

lundi 28 mars 2011

Mexique : La Commune de Oaxaca

Cet article a été publié dans l'ouvrage "Autogestion hier, aujourd'hui, demain", coll. Lucien Collonges (coord.), publié aux édictions Syllepse en mai 2010.

Richard Neuville *
L’Etat de Oaxaca est situé dans le sud du Mexique, au sud-ouest de l’isthme de Tehuantepec, dans les montagnes et vallées de la Sierra Madre del Sur et Sierra Madre Oriental. Il est entouré de l’Etat de Guerrero à l’ouest, l’Etat du Chiapas à l’est. Ces trois états concentrent les plus fortes densités de communautés indigènes et sont les plus pauvres du Mexique. L’Etat de Oaxaca est faiblement peuplé et ne compte que 3,5 millions habitants, dont près de la moitié appartient aux peuples indiens Zapoteca ou Mixteca. Il possède une grande variété de ressources naturelles (minéraux, forêts vierges, eau, etc.) et des zones géographiques qui permettent le développement d’activités productives et touristiques. Mais les indicateurs sociaux révèlent un niveau très élevé de pauvreté (83 % de la population en dessous du seuil de pauvreté), un taux d’analphabétisme de 21,5 %, une malnutrition importante et une très forte précarité. L’envoi de devises par les immigrants constitue la principale source de revenus de la population (Esteva : 2008). Le pillage colonial et le modèle de développement économique imposé par la suite l’ont condamné à n’être qu’un producteur de matières premières, c’est ce qui explique la pauvreté chronique d’une majorité de la population et l’émigration importante. Comme le reste du Mexique, mais de manière amplifiée, Oaxaca est victime de la mondialisation capitaliste et financière, des politiques néolibérales qui détruisent l’agriculture et les ressources naturelles.

samedi 11 décembre 2010

Le Mexique, symbole de l’hypocrisie écologique

Conférence de Cancún
Par Sophie Chapelle (7 décembre 2010)

À Cancún, on n’est pas à un paradoxe près. La station balnéaire qui accueille les négociations sur le climat est ravagée depuis 35 ans par une frénésie immobilière, au mépris de l’écologie. De nombreuses populations mexicaines sont victimes de désastres socio-environnementaux. Pour dénoncer les décisions du gouvernement qui ont entrainé « un des plus hauts niveaux de dévastation environnementale de la planète », des caravanes ont sillonné le pays, en amont des négociations.

Nos gouvernements ont-ils décidé d’user de l’ironie ? Le choix de Cancún (Mexique) comme ville d’accueil des négociations sur le climat prête à la réflexion. Ou à la colère. Au cœur de la lagune, des forêts vierges et des plages immaculées, se sont élevées des centaines de tonnes de béton, d’acier et de verre. En l’espace de 35 ans, politiciens, promoteurs et transnationales ont fait de Cancún, « le rêve des banquiers » [1]. Pas moins de 36.000 chambres d’hôtel ont été construites depuis 1975 fragilisant la côte et l’exposant aux déchaînements de la nature.

dimanche 13 juin 2010

Communiqué de Soutien Solidaire Urgent à la Commune Autonome de San Juan Copala Oaxaca - Mexique

Sommet des peuples - Madrid 16/05/2010 - photo RN

par Solidarité et Action pour les Peuples du Mexique
Le 12 juin 2010


Aux peuples d’Amérique Latine et du monde,

Aux femmes et aux hommes qui rêvent d’un meilleur lendemain et d’un monde différent,
Aux mouvements sociaux et aux organisations démocratiques,
Aux organisations des droits humains nationaux et internationaux,
Aux compagnons des médias libres et alternatifs,
A l’Autre Campagne et à la Sexta Internacional,


Suite aux récentes attaques perpétrées à l’encontre de la Commune Autonome de San Juan Copala, qui est en état de siège et fait face à une situation d’urgence, la solidarité et l’action des peuples, des organisations et des individus du Mexique et du monde est nécessaire. L’espoir de construire un monde plus juste et plus humain réside dans le droit à l’autodétermination, la dignité et la justice.
San Juan Copala est encerclée depuis plus de six mois par des paramilitaires armés de l’organisation UBISORT, en lien avec le Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI). Les chemins sont bloqués, les habitants ne peuvent ni entrer ni sortir et se retrouvent sans électricité, sans accès à l’eau potable, aux soins et les écoles sont fermées. A cela s’ajoutent les tirs quotidiens des paramilitaires, de jour comme de nuit qui ont causé la mort de 21 personnes en cinq mois à peine.

jeudi 29 avril 2010

OXACA : DÉCLARATION EN SOUTIEN À LA COMMUNE AUTONOME DE SAN JUAN COPALA

DÉCLARATION EN SOUTIEN À LA COMMUNE AUTONOME DE SAN JUAN COPALA

Les agressions violentes contre la Commune autonome de San Juan Copala ont été nombreuses. Il est prouvé et documenté qu'elles ont été ordonnées et exécutées par le mauvais gouvernement, au travers de paramilitaires et de diverses forces répressives de l'État. Ces agressions contre la vie autonome de San Juan Copala ont débouché sur des blessures par balles et plusieurs personnes assassinées :

- Alerte rouge dans la Commune autonome de San Juan Copala (21 avril 2010)

mardi 30 mars 2010

MEXIQUE - OAXACA : Qu’est la « Commune » devenue ?

Interview réalisée le 23 mars 2010 par Richard Neuville pour Rouge et Vert, journal des Alternatifs


En mai 2006, la mobilisation engagée par la section 22 du syndicat des enseignant-e-s (SNTE) qui portait sur la revalorisation salaires et l’amélioration des conditions de travail va déclencher la « Commune de Oaxaca ». Après la répression du mouvement et l’expulsion de leur campement mi-juin, le conflit dépasse largement la protestation enseignante. La ville se soulève et près de trois cent cinquante organisations constituent l’Assemblée populaire des peuples de Oaxaca (APPO). L’APPO crée un conseil d’état provisoire, constitué de 260 délégué-e-s, qui va agir comme un « parlement citoyen » durant les plusieurs mois du conflit. Entre juin et novembre 2006, l’APPO se consolide, les actions collectives se multiplient : prises de contrôle des moyens de communication, mise en place de 3000 barricades dans la ville, extension territoriale du conflit dans la périphérie de la ville et dans d’autres localités de l’Etat. Le mouvement assume le contrôle de la ville et commence à se transformer en embryon de gouvernement alternatif avant d’être violemment réprimé par la police fédérale. Un peu plus de trois années après, Rouge & vert a profité du passage en Ardèche d’Angel Luna Cosme pour faire le point avec lui sur l’évolution de la mobilisation dans l’Etat de Oaxaca.