M. Colloghan
Affichage des articles dont le libellé est Etats-Unis. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Etats-Unis. Afficher tous les articles

mercredi 21 mai 2014

Accord transatlantique : la mobilisation se poursuit pour la démocratie et la transparence







Communiqué de presse

Paris, le 21 Mai 2014

À l'occasion du 5e round de négociations du traité transatlantique, une coalition européenne d'organisations de la société civile rejette le processus de négociation de l'accord de libre-échange entre les États-Unis et l'Union européenne.

Alors que le 5ème cycle de négociations de l'accord transatlantique se poursuit jusqu'au vendredi 23 mai à Arlington (États-Unis), une coalition de plus de 120 groupes -dont le collectif national Stop TAFTA- publie aujourd'hui une déclaration commune. Ces groupes de défense de l'environnement ou des consommateurs, mouvements sociaux, organisations de défense des droits et de la démocratie, syndicats... s'opposent à un agenda qu'ils jugent défini par les seuls intérêts des multinationales.

samedi 29 mars 2014

Succès pour la conférence de Raoul-Marc Jennar sur le Grand Marché Transatlantique / TAFTA à Villeneuve de Berg (Ardèche)

Près de 400 participant-e-s ont assisté à la conférence de Raoul-Marc Jennar sur le Grand Marché Transatlantique / TAFTA à Villeneuve de Berg. 

Cette soirée était organisée par le collectif 07 Stop TAFTA, auquel appartiennent le Collectif 07 Stop au gaz de schiste, les faucheurs volontaires, la FRAPPNA 07, le collectif Oui à la transition écologique, la Confédération paysanne, la FSU 0è, Solidaires 07/26, EELV, Ensemble 07 (les Alternatifs, la FASE et la Gauche anticapitaliste), le PCFet le PG 07.

lundi 17 juin 2013

Accord transatlantique : fin de l’exception démocratique


Les ministres européens du commerce ont donné mandat à la commission européenne pour négocier un partenariat avec les États-Unis, portant sur le libre-échange des biens, des services des capitaux, et surtout sur la suppression des normes et réglementations qui porteraient préjudice au commerce et à l’investissement des entreprises. La France a porté le principe de l’exception culturelle, qui pour l’instant et de manière très confuse, se trouve exclue des négociations, avec possibilité de rouvrir le dossier. Le processus est donc lancé.

lundi 20 décembre 2010

Ces villes qui tentent de se libérer du pétrole

Sophie Chapelle
Cet article sur les villes en transition aux Etats-Unis et initialement publié sur Bastamag.net est reproduit ici avec une vidéo réalisée dans le cadre du projet Alter-Echos.
http://alter-echos.org/grand-angle/ces-villes-qui-tentent-de-se-liberer-du-petrole/



Aux pieds des montagnes Rocheuses, dans le Colorado, la ville de Boulder, tente l’impossible : se libérer du pétrole au pays des road movies, des drive in, de l’essence peu chère… et des plus grosses émissions de gaz à effet de serre par habitant au monde. L’objectif, pour les 300.000 résidents de ce bastion démocrate, est de passer d’une consommation annuelle de neuf barils de pétrole par personne, à un seul.
L’une des chevilles ouvrières de cette révolution locale s’appelle Michael Brownlee. Ancien journaliste, il a été chercher l’inspiration en Grande-Bretagne, là où est né un étrange mouvement, celui des « villes en transition ». Le concept est lancé en 2006 par un enseignant en permaculture, Rob Hopkins. Celui-ci demande à ses étudiants d’identifier les dépendances au pétrole de la ville de Kinsale, dans le Sud de l’Irlande. Dans la foulée, les chercheurs élaborent un scénario de descente énergétique ambitieux, mais réaliste, d’ici 2030. C’est de cette expérience qu’émerge le concept de « transition ». Le défi est majeur : éviter aux populations les dramatiques conséquences d’un pic pétrolier trop brutal (l’épuisement progressif des ressources pétrolières) et contribuer concrètement à la lutte contre les dérèglements climatiques, sans attendre d’hypothétiques accords internationaux. Le Manuel de Transition : De la dépendance au pétrole à la résilience locale de Rob Hopkins vient d’ailleurs d’être traduit en français (aux éditions Ecosociété avec la revue Silence).